Le spécialiste de la physiothérapie orthopédique, sportive et thérapie manuelle avancée au Québec

208-99 Boul. De Gaulle,

Lorraine QC J6Z 3Z9

France


(438) 490-1313

Conseils Blessures et Guérison

Conseils sur vos blessures pour une guérison plus rapide

Fracture

À prime abord, il n'y a malheureusement pas grand chose à faire pendant la guérison d'un os fracturé si ce n'est que de l'immobiliser. Certains types de fracture permettent le retrait du plâtre (ex: fibre de verre). Pour l'exécution d'exercices de mobilisation à domicile ou le plus souvent par le physiothérapeute. Ça a pour effet de diminuer les risques d'ankylose sévère (raideur) et de séquelles. Demandez à votre orthopédiste si votre condition ne s'y prête pas.

À la sortie du plâtre, particulièrement si une chirurgie a été nécessaire pour fixer la fracture (plaque et vis), des mobilisations par un physiothérapeute et des exercices à domicile sont absolument nécessaires! Bien qu'il soit vrai qu'une certaine mobilité revienne d'elle-même dans les semaines qui suivent, cela se fait bien souvent au détriment d'une autre articulation qui devra compenser et qui deviendra éventuellement hyper-mobile et problématique plus tard.

Entorse ligamentaire ou élongation tendineuse

À moins que la rupture soit complète et même parfois malgré tout, le traitement conventionnel en physiothérapie est souvent préférable à essayer avant d'entreprendre l'approche invasive qu'est la chirurgie. Bien souvent, le renforcement de groupes musculaires ciblés et le développement de réflexes fonctionnels adaptés à la pratique sportive ou professionnelle sont suffisants pour pallier à la perte de stabilité ou de force occasionnée par le traumatisme accidentel ou répété.

Le physiothérapeute est un professionnel qui a la compétence pour juger si un traitement peut être tenté sans risque d'aggravation du problème ou si votre cas nécessite que vous consultiez un médecin en vue d'une consultation en chirurgie orthopédique.

Tendinite ou bursite

Dans bien des cas, il n'est pas vraiment primordial de déterminer si c'est la bourse ou le tendon qui est enflammé. Une tendinite est provoquée par une élongation exagérée et répétée de la structure qui relie le muscle à l'os. Elle peut aussi être causée par un frottement du tendon ou de la bourse (qui est en fait un petit coussin protecteur) souvent contre un os. Il est de loin plus important de déterminer le mouvement qui cause le problème et de trouver les stratégies pour le contourner.

Une infiltration de cortisone est souvent utilisée pour stabiliser une condition particulièrement irritable mais le traitement ne doit pas s'arrêter là car si la cause du problème est toujours en place, les symptômes ne tarderont bien souvent pas à revenir.

Dysfonction articulaire

On retrouve dans cette catégorie vaste les articulations qui ne bougent pas correctement. Ce peut être un manque de mobilité dû à une ankylose ou un mal-alignement articulaire, le cas échéant, le patient se plaint bien souvent d'une sensation de coincement et ça se traduit par une limitation du mouvement (ex: point dans le dos, cou qui ne veut pas tourner). Ces problèmes lorsqu'ils persistent finissent souvent par causer une hyper-mobilité des articulations avoisinantes qui seront appelées à compenser et finiront par s'irriter et peuvent même finir par se désaligner elles-même.

Des mobilisations articulaires appropriées sont nécessaires pour restaurer la mobilité des articulations limitées ou "désalignées" et des exercices de stabilisation musculaire doivent être prescrits pour limiter les mouvement exagéré aux articulations hyper-mobiles.

LES TYPES D'ATTEINTE DU SYSTÈME MUSCULO-SQUELETTIQUES et CONSEILS AUX GENS QUI VIENNENT DE SE BLESSER

CONSEILS AUX GENS QUI VIENNENT DE SE BLESSER

Douleur aiguë?

Lorsque la douleur est assez vive qu'elle empêche de dormir, ceci peut vouloir dire qu'il vaut mieux consulter un médecin. Le sommeil étant primordial dans le processus de guérison, on contribue bien souvent à faire persister inutilement le problème en s'entêtant à endurer le mal et en se privant de sommeil. Le médecin pourra alors prescrire des médicaments anti-inflammatoires qui aideront à stabiliser la condition.

En général cependant, il est conseillé de contrôler une condition douloureuse mineure ou modérée simplement avec de la glace: l'inflammation étant le processus normal de guérison du corps, mieux vaut ne pas chercher à le ralentir lorsque ce ce n'est pas nécessaire.

Dos ou cou bloqué?

Bien souvent lorsqu'un mal de dos est tel qu'il empêche de se déplacer, mieux vaut ne pas insister le premier jour et appliquer les principes de base: repos dans une position la moins douloureuse possible, glace 10 minutes à la région douloureuse et répéter aux heures et utilisation de médication anti-inflammatoire (Advil), analgésique (ex: Tylénol) et anti-spasmodique (ex: Robaxacet) selon les conseils de votre pharmacien.

Dès que la condition est stabilisée (souvent après 24h), il convient de consulter un physiothérapeute même si la condition s'est grandement améliorée d'elle-même car bien souvent, le problème demeure latent et pourra resurgir ultérieurement. Si la douleur est toujours aussi importante après 24h, mieux vaut aller faire un tour chez le médecin avant de consulter le physiothérapeute car il apparaît dès lors important de stabiliser l'inflammation avant d'entreprendre les traitements.

Glace ou chaleur?

Si la blessure vient d’apparaître ou est particulièrement aiguë, l'application de glace sur la région douloureuse sera souvent indiquée. 10 minutes et répéter aux heures au besoin. La chaleur sera souvent indiquée pour les conditions de raideur articulaire (ankylose, arthrose) de plus longue date ou pour détendre des muscles tendus (ex: barre dans le dos). Attention! bien qu'il peut être tentant d'appliquer de la chaleur plutôt que de la glace, sachez que la chaleur cause bien souvent un soulagement initialement en raison du relâchement musculaire mais qu'il stimule également les fibres nerveuses responsables de la conduction de la douleur et augmente la circulation sanguine donc peut éventuellement augmenter l'élancement et le gonflement.

Il est important de ne pas dépasser 15 minutes d'application de glace au heures car ici aussi, le corps réagira en augmentant la circulation pour réchauffer la partie glacée et l'exposition prolongée au froid déclenchera l'activation des fibres nerveuses responsables de la douleur afin de provoquer le retrait de la source de froid.

Mathieu Ruel Physiothérapeute

208-99 Boul. De Gaulle

Lorraine QC J6Z 3Z9

France